Le Maître des illusions – Dona Tartt

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler de Le Maître des illusions de Dona Tartt

Le maitre des illusions

 

Résumé :

En décrochant une bourse à l’université de Hampden, dans le Vermont, Richard Papen ne laisse pas grand chose derrière lui : la Californie, qui lui déplaît ; son adolescence, faite de souvenirs incolores ; et ses parents, avec qui il ne s’entend pas. Hampden est une porte de sortie inespérée, l’opportunité de vivre une nouvelle vie. Passées quelques semaines, il est bientôt attiré par un professeur atypique, Julian Morrow, esthète capricieux qui enseigne les lettres classiques à cinq étudiants apparemment très liés. Contre l’avis de ses professeurs, il tente de s’introduire dans le groupe de ces jeunes gens marginaux sur qui courent les plus folles rumeurs. Et il est loin d’imaginer ce que lui coûtera sa curiosité.

Mon avis :

J’ai découvert ce roman grâce à la vidéo de Lemon June. Cette dernière était tellement emballée sur cette histoire que ma curiosité a été aiguisée. Heureusement la médiathèque de mon village possédait le livre, j’ai alors pu m’y lancer rapidement.

Dans l’ensemble, le roman est très intéressant, il est la définition même de la notion de tragédie. Les personnages sont empêtrés dans un quelque chose dont la fin ne peut être que dramatique.

Dans ce roman, nous suivons un groupe d’amis aux personnalités plus qu’étonnantes et fascinantes. Ce groupe est tellement soudé qu’au début on a parfois du mal à différencier qui est qui. Mais une fois ce travail fait, on entre facilement dans le groupe et on aime voir comment les liens entre ces adolescents évoluent.

Le drame qui constitue le nœud de ce roman est annoncé dès les premières pages.Le roman va alors dérouler les événements d’avant et ceux d’après. Ainsi, même si parfois il y a quelques longueurs, le lecteur à tout de même envie d’avancer, de tourner les pages pour enfin comprendre le pourquoi du comment, et je vous avoue que quelques passages sont terrifiants d’un point de vue psychologique.

Pour conclure, je ne peux que vous conseiller de ne pas vous effrayer de la taille de ce mini-pavé. Si vous aimez voir les évolutions psychologiques des personnages vous serez gâtés par ce roman, et si vous n’aimez pas cela, vous pouvez l’ouvrir quand même, l’histoire est si riche que je suis sûr.e que vous trouverez votre bonheur.

Citations :

”Les choses les plus terribles et sanglantes sont parfois les plus belles.”

”Après tout, l’attrait de ne plus être soi-même, fût-ce pour peu de temps, est très puissant. Échapper au mode cognitif de notre expérience, transcender l’accident de son propre moment d’existence.”

 

Advertisements

N’essuie jamais de larmes sans gants -Jonas Gardell

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler de N’essuie jamais de larmes sans  de Jonas Gardell.

CVT_NEssuie-Jamais-de-Larmes-Sans-Gants_1293

 

Résumé :

1982. 
Rasmus vient d’avoir son bac et quitte la Suède profonde pour la capitale. À Stockholm, il va pouvoir être enfin lui-même. Loin de ceux qui le traitent de sale pédé. Benjamin est Témoin de Jéhovah et vit dans le prosélytisme et les préceptes religieux inculqués par ses parents. Sa conviction vacille le jour où il frappe à la porte d’un homme qui l’accueille chaleureusement, et lui lance : « Tu le sais, au moins, que tu es homosexuel ? » 
Rasmus et Benjamin vont s’aimer. Autour d’eux, une bande de jeunes gens, pleins de vie, qui se sont choisis comme vraie famille. Ils sont libres, insouciants. Quand arrive le sida. Certains n’ont plus que quelques mois, d’autres quelques années à vivre. Face à une épidémie mortelle inconnue, toutes les politiques sociales ou sanitaires du « modèle suédois » échouent. Les malades séropositifs sont condamnés à l’isolement et à l’exclusion. 
Un témoignage unique sur les années sida, un roman bouleversant.

Mon avis :

Je vous présente ici mon coup de coeur de l’été 2018. N’essuie jamais de larmes sans gants a été un vrai coup de poing.

Commençons par parler de l’écriture de Jonas Gardell. Celle-ci est d’une justesse incroyable. Tous les mots résonnent fortement, et amènent  en même temps une force poétique énorme. Les personnages sont très nombreux et sont tous très attachants. Même ceux que l’on aperçoit que brièvement nous font chavirer. J’ai passé l’été amoureux.se de Benjamin et Rasmus. J’ai pu rire et pleurer à leurs côtés.

Les années Sida sont racontés avec une grande émotions. L’auteur nous enlève les personnages après nous avoir conté leur histoire, nous avoir fait les aimer au plus au point. Rasmus, Benjamin, Paul, Reine et les autres m’ont suivis tout l’été et, alors que les feuilles des arbres sont tombées, j’ai toujours un petit serrement au coeur quand je pense à eux. Ils sont de ces personnages qui m’ont eu l’air réels.

La seule critique que je pourrais faire à ce roman c’est qu’il est un peu long à démarrer. L’enfance de Rasmus ne m’a qu’à moitié convaincue, et j’ai bien plus préféré le moment où il arrive à Stockholm.

Citations :

”L’amour humain peut prendre de nombreuses expressions. Il peut être violent et passionnel. Il peut être tranquille et modeste. Il peut être jubilatoire et tragique. Il peut être angoisse et souffrance. Il peut être pathétique et même un peu ridicule. Mais il y a une chose qu’il ne peut jamais être : Il ne peut jamais être honteux.”

”Je veux dans ma vie pouvoir aimer quelqu’un qui m’aime.”

”La liberté n’est pas quelque chose qu’on vous donne. La liberté se prend.”

Rouille – Floriane Soulas

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler de Rouille de Floriane Soulas.

Rouille

Résumé :

Paris, 1897. Les plus grandes puissances européennes se sont lancées à l’assaut de la Lune et de nouveaux matériaux découverts sur le satellite envahissent peu à peu la Terre. Ces grandes avancées scientifiques révolutionnent l’industrie et la médecine, mais pas pour tout le monde. Et dans les faubourgs, loin de l’hyper-centre protégé par le dôme sous lequel vivent les puissants, le petit peuple de Paris survit tant bien que mal. Violante est une prostituée sans mémoire, ignorant jusqu’à son âge réel. Dans un monde où son désir de vérité passe après celui de ses clients et de ses patrons, la jeune fille tente de retrouver la trace de ses origines perdues. Alors qu’une vague de meurtres particulièrement horribles ensanglante la capitale, Satine, son amie et seul soutien, disparait dans d’étranges circonstances. Violante, elle, se voit offrir une porte de sortie à ce demi-monde violent qui la retient prisonnière, mais décide malgré tout de prendre part aux investigations.

Mon avis :

J’ai ouvert Rouille de Floriane Soulas dans le cadre du club de lecture des hiboux de Saefiel en juin dernier, ma lecture remonte un peu donc…Mais je vais tenter de vous la décrire le plus précisément possible

L’univers du roman est fascinant et plutôt bien construit. On se retrouve immergé dans un Paris victorien et steampunk . La couverture arrive d’ailleurs bien à  nous rendre cette ambiance.

Au début de ma lecture, j’avoue avoir eu beaucoup de mal à me repérer parmi les personnages. Ceux-ci sont introduits très rapidement, et il faut s’accrocher pour savoir qui est qui.  Mais une fois que l’on a les idées bien en place, l’histoire se déroule fluidement.

Nous voilà en même temps que Violante à la recherche de son identité ainsi que plongé dans la peur qui s’installe sur Paris à cause de meurtres à élucider. Je dois dire que j’avais deviner deux trois petites choses, mais rien qui ne m’ai gâché la fin.

Pour les personnages, je les ai trouvé variés et intéressants. On voit se dessiner les problèmes de classes sociales, et chacun présentent les problématiques liées à sa classe.

Pour conclure, je dirai que je garde un très bon souvenir de ce roman, et vous conseille de vous y plonger si vous cherchez quelque chose mêlant le roman steampunk et policier.

Citations :

”De la rouille. Ça vient d’arriver sur le marché. Ça a peu ou prou les mêmes effets que l’opium, notamment sur la mémoire. Il paraît qu’avec, on peut se rappeler sa propre naissance. La meilleure came du marché.”

Petit Coeur -Kim Van Kooten

Salut à tous aujourd’hui je vous retrouve avec Petit coeur de Kim Van Kooten.

Résumé :

Quand le conte de fées d’une mère
devient le cauchemar de sa fille

La mère de Puck lui réserve une sacrée surprise pour ses 5 ans : un changement radical de vie. Après avoir réuni quelques affaires, les deux se retrouvent en bas de leur immeuble miteux de Rotterdam quand une voiture de luxe approche. En sort un «  très vieux monsieur  » aux grandes oreilles, vêtu d’un costume gris : c’est le nouveau futur beau-père de Puck, surnommé «  Bistouquet  » par la mère, bimbo blonde exubérante d’au moins trente-cinq ans sa cadette.

Peu de temps après, ils atteignent un « château  », la nouvelle maison de Puck, où de nombreux cadeaux l’attendent déjà. La mère de Puck est aux anges, enfin la vie rêvée qu’elle mérite avec lustres au plafond et accès illimité à la carte bancaire de Monsieur. Inutile donc de se priver : fourrures en tous genres, bottes vernies à talon et coiffures de star. Éberluée, Puck observe sa mère se pavaner, plus aguicheuse chaque jour,  devant son nouvel amoureux.

Cependant, ce dernier ne semble en rien sensible aux charmes de sa nouvelle compagne. C’est plutôt avec Puck qu’il aime passer du temps, sa «  vraie amie  ». Il aime lui laver les cheveux, la regarder dans son bain, puis la prendre en photo nue. Alors que sa perversité prend de plus en plus de place dans le quotidien de Puck, sa mère s’aveugle dans le luxe et le rosé. Mais combien de temps Puck peut-elle encore tenir pour ne pas briser les rêves de sa mère ?

Un premier roman aussi bouleversant que perturbant, inspiré de l’enfance terrible de la meilleure amie de l’auteur.

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Calmann-Levy pour l’envoi de cet e-book.

Petit coeur est un roman qui traite d’un sujet bien particulier, plutôt dérangeant. Le lecteur est placé du point de vue de Puck, petite fille dont la mère s’installe avec un vieux monsieur riche, et qui a de fortes vues sur notre héroïne. Cette tragédie se déroule sous nos yeux, sans qu’au début la petite fille ne se rende compte de la situation. Le lecteur lui même n’est pas toujours sûr de comprendre ce qui se passe, ou du moins je n’étais pas toujours sûre. Ce qu’elle nous racontait, c’était bien que je pensais ? Le doute se dissipe au fur et à mesure que Puck grandit, qu’elle se rend compte que tout cela n’est pas normal.

Ce roman m’a laissé un bizarre goût en bouche. Tout au long, je me suis sentie mal à l’aise, ce qui est je suppose l’effet visé, mais cela m’a reellement empêché d’apprécier totalement ma lecture.

Peu de personnages étaient tout noir ou tout blanc, ce que j’ai plutôt apprécié, chaque ”mauvais comportement”, chaque situation d’aveuglement de la part de la famille de Puck pouvait trouver une ”explication”. Cela était affligeant, mais en même temps terriblement vrai…

Pour conclure, je vous conseillerais d’être tout de même accroché pour commencer ce roman, car une vérité plutôt triste, cruelle et crue y est énoncée.

Citations :

”Au bout du compte, la vérité sort toujours au grand jour, même quand on essaie de très bien la cacher. On a beau avoir un coffre avec des grosses parois métalliques, un code très compliqué, cela ne sert à rien. Les vrais secrets, les grands, ont envie qu’on les découvre. Parce qu’ils sont seuls. Et parce qu’ils grandissent”

Ensembles, Maintenant. Pour Toujours – Emily Blaine.

Salut à tous !
Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler de Ensemble; Maintenant. Pour Toujours d’Emily Blaine.

Ensembles maintenant

Résumé :

Elle est la femme de sa vie. 
Il doit juste la convaincre qu’il est l’homme qu’il lui faut. 
Théo sait tout de Summer : il a passé une partie de sa jeunesse à la protéger de son père violent, à la tirer des pires situations. Peu à peu, il est tombé amoureux d’elle, de l’éternelle optimiste et de la femme forte qu’elle est devenue. Summer a quant à elle toujours refusé une histoire avec lui : ses relations avec les hommes sont chaotiques et leur amitié est trop précieuse pour qu’elle coure le risque de l’abîmer. Respectueux de ce choix, Théo est resté à distance : il a veillé sur elle, en protecteur discret et bienveillant. Mais, grâce à son frère Jérémiah, il prend conscience qu’à trop attendre, il pourrait bien perdre la femme de sa vie… S’il veut un jour être heureux, il doit prendre les choses en main et convaincre Summer qu’il est l’homme qu’il lui faut

 

Mon avis :

Je remercie les Editions Harlequin pour l’envoi de cet e-book.

Avant d’aller plus loin, il faut savoir qu’Emily Blaine est une auteure dont j’aime ouvrir les livres en été, sur la plage ou ma terrasse. On peut dire qu’en terme de romance mignonne à croquer elle est une valeur plus que sûre.
Ensembles, Maintenant. Pour Toujours c’est l’histoire de Summer et Théo qui ne cesseront de se perdre et se retrouver.. C’est l’histoire de deux personnages très attachants autour de qui gravitent des personnages encore plus attachants. Et oui, car des personnages secondaires il y en a toute une bande, et ils sont tous des plus adorables.
J’ai beaucoup aimé ce roman, il ne s’agit pas d’un coup de coeur, mais l’histoire se déroule agréablement. Si j’avais un seul point négatif à relever, un point qui a fini par me déranger, c’est le jeu de carte qui devient un peu récurrent. Lisez, vous comprendrez !

Pour conclure, je ne peux que vous conseiller ce livre si vous désirez prendre du bon temps sans pour autant vous prendre la tête.

Et vous ? Vous l’avez lu ? Qu’en avez vous pensé ?

Citations :

”Aujourd’hui encore, dans ce loft, nous avions décidé de laisser le hasard choisir pour nous.
Pour le meilleur.
Et pour elle.”

”Je songeai encore à sa question, au pourquoi j’agissais comme ça avec elle. Je ne lui avais pas donné ma raison première : j’étais amoureux d’elle”

Alors Voilà – Baptiste Beaulieu

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve avec Alors voilà : Les 1001 vies des urgences de Baptiste Beaulieu.

Alors voila

Résumé :

Un jeune couple arrive aux urgences. Elle a des douleurs au bas-ventre. L’interne s’interroge sur la possibilité d une grossesse. Elle ne prend pas sa pilule de manière très sérieuse. « Du coup, quand elle l’oublie, c’est moi qui la prends », dit son compagnon. Baptiste Beaulieu est un jeune interne en médecine de vingt-sept ans, en stage dans le sud-ouest de la France. En novembre 2012, il crée le blog « Alors voilà ». Son but : réconcilier les soignants et les soignés en racontant, avec humour et sensibilité, l’incroyable réalité de l’hôpital. Le succès est immédiat et le blog compte, à ce jour, 2 millions de lecteurs. Ce blog est devenu un livre, riche en anecdotes inédites. Voilà le récit au quotidien d’un interne en médecine. Il fait des allers-retours entre son poste aux urgences et les soins palliatifs. Là, pendant sept jours, il décrit à une patiente en stade terminal (dans la Chambre 7), ce qui se passe sous les blouses et dans les couloirs. Pour la garder en vie le temps que son fils, bloqué dans un aéroport, puisse la rejoindre. Se nourrissant de situations vécues par lui ou par ses collègues, chirurgiens ou aides-soignants, Baptiste Beaulieu passe l’hôpital au scanner. Il peint les chefs autoritaires, les infirmières au grand coeur, les internes gaffeurs, les consultations qui s’enchaînent… Par ses histoires drolatiques, poignantes et tragiques, il restitue tout le petit théâtre de la Comédie humaine.

Mon avis :

Baptiste Beaulieu est un auteur que je suis beaucoup sur les réseaux sociaux, que ce soit sur Twitter, Facebook ou son blog. J’étais alors très curieuse de découvrir ce roman, dont j’avais déjà lu quelques extraits.

La première chose que frappe lorsqu’on ouvre ce livre c’est sa justesse. Ce roman est triste, il nous parle de la vie pas évidente des soignants et soignés dans un hôpital. Mais il n’est pas que ça, il est emplit d’amour, d’espoir, d’humour. J’ai passé le temps de ma lecture à osciller,hésiter entre sourire,pleurer ou éclater de rire. Et je suis sortie de là le coeur assez gros mais avec l’envie d’aimer, d’aider l’Homme.

Les personnages sont attachants, mais ce qui fait la force de ce roman ce sont les histoires, les situations que ces derniers rencontrent. Ce sont des fenêtres sur l’Humain. Baptiste Beaulieu nous montre la vulnérabilité mais aussi la Force de tous ces soignants que l’on voit se battre chaque jour.

Je crois que je ne saurais pas trouver de point négatif à ce livre. Peut être ne suis-je pas bien partiale, peut être que je me laisse emporter par tous les sentiments éprouvés lors de ma lecture mais qu’importe.

Pour conclure, je vous conseille vraiment ce livre. Il se lit rapidement, mais nous fait passer par une telle palette d’émotions en si peu de pages qu’on ne peut que s’y accrocher.

Citations :

‘ ‘Tout est un.
Ce que nous sommes ne nous appartient pas. Ce que nous aimons, ce que nous haïssons, ce que nous portons à bout de bras, ce que nous espérons, nos actes de bonté et nos moments de lâcheté se répercutent à l’infini. Tout est lié.
Il y a des milliards d’êtres humains, il n’y a pas d’autre humanité que la nôtre.
Ellâm onru.”

‘ ‘Soit la vie a un sens, et il est trop compliqué à déchiffrer, soit elle n’en a aucun, et alors il vaut mieux manger, boire, danser et faire l’amour le temps que ça dure.”

” Je n’ai rien répondu.
Elle ne voulait pas d’un jugement ou d’une leçon de morale, mais juste dire les choses. Parfois, la parole est aussi une urgence.”

La meilleure des vies – J.K Rowling

Salut à tous, aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler de La meilleure des vies, livre retranscrivant le discours de J.K Rowling aux élèves de Harvard en 2008.

La meilleure des vies

Résumé :

L’auteur a été invitée à prononcer le fameux discours de remise des diplômes aux étudiants de Harvard en 2008. J.K.Rowling a transformé ce rite de passage d’ordinaire convenu en une leçon de vie, conduisant son auditoire de l’époque, et tous les lecteurs futurs de ce livre, à méditer sur ce qu’est une vie réussie.

Ce texte inspiré aidera chaque lecteur, à chaque âge et à chaque étape de la vie. Il puise directement aux sources de l’expérience de l’auteur elle-même dans ses jeunes années pour tirer avec acuité, ironie et émotion des leçons générales que tout individu à la croisée des chemins, confronté à des choix vitaux, appliquera à sa propre existence.
L’auteur révèle ici les bienfaits insoupçonnés de l’échec et l’importance de l’imagination.

Mon avis :

Cela fait un moment que ce livre traîne dans ma PAL, comme beaucoup de mes autres bouquins, mais j’ai décidé de l’ouvrir la veuille de mes partiels. Il y a eu deux raisons à cela, tout d’abord il me semblait court, et j’avoue que je n’avais pas envie de me lancer dans une brique impossible à finir et j’avais besoin de quelque chose de Feel-good.

Je n’ai pas regretté un instant mon choix. Ce livre est très inspirant. Il parle des bénéfices de l’échec avec une vision très positive. Moi qui avait loupé mes premiers partiels, cela m’a été d’une grande aide, m’a permis de relativiser. Ce discours est à mettre entre toutes les mains : celles des gens confiants, celles des gens anxieux, celles de ceux qui veulent aller loin. On a envie de le lire et le relire pour se mettre du baume au coeur et un sourire aux lèvres.

En plus de transmettre de belles idées, ce livre est magnifique en tant qu’objet. Le discours est illustré avec des mots, des passages mis en évidence.

Vous l’aurez compris ce livre est un plaisir pour les yeux et sa lecture est très réconfortante, je vous conseille vraiment de vous le procurer afin de le lire et relire à l’envi !

Citations :

”Nous portons déjà en nous tous le pouvoir dont nous avons besoin.”

« Nous n’avons pas besoin de magie pour transformer notre monde ; nous portons déjà en nous tout le pouvoir dont nous avons besoin : nous avons le pouvoir d’imaginer mieux. »

[J’ai écouté] Phobos – Tome 1 – Victor Dixen

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler de ma dernière écoute livresque : le tome 1 de Phobos de Victor Dixen.

Phobos T 1

Résumé :

Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Mon avis :

Ce livre est un livre très aimé et dont beaucoup de blogueuses parlent, j’étais très curieuse de découvrir l’histoire qui se cachait derrière une si jolie couverture, il faut bien le dire ! Quelle ne fut pas ma surprise de voir ce roman disponible sur l’application Audible. J’ai donc pu le commencer, et je peux vous dire que mon écoute fut très agréable.

J’avoue avoir eu un tout petit peu de mal au début à m’immerger dans l’histoire. Cela était surtout dû au fait que Leonor m’était insupportable. Je n’arrivais pas à m’attacher à elle alors que les autres prétendantes me semblaient bien plus intéressante. L’intrigue que je voulais le plus voir se dérouler était plutôt celle qui concernait les gens restés sur Terre, celle dans l’espace me paraissant trop superficielle.

Puis petit à petit, j’ai tout de même été prise dans l’histoire toute entière. Je me suis attachée à tous les personnages et voulait vraiment en savoir plus sur eux car Victor Dixen nous tient en haleine, posant certains détails, certaines révélations juste quand il faut, sans jamais en dire trop. A la fin, tout se précipite, on est tenu en haleine et avons hâte de savoir ce qui va se passer. Les dernières pages ne nous donnent qu’une envie : lire le deuxième tome pour savoir ce qu’il va arriver aux protagonistes.

Sur Audible, l’histoire est lue par Maud Rudigoz. Sa voix est vraiment parfaite, elle nous immerge dès le début, prend les bonnes intonations et il n’y a pas un moment où je me suis dit qu’elle me dérangeais, pourtant je suis assez difficile avec ça…

En bref, je vous conseille vraiment de plonger dans cette saga , que ce soit en lecture papier ou audio, l’univers est original, et l’intrigue fini par prendre aux tripes que ce soit sur Terre ou dans l’espace

D’ailleurs, quel est votre prétendant préféré ? Je choisirai Mozart !

Citations :

”Les vieux sont des jeunes pour qui tout a été trop vite.”

“La monstruosité est dans l’œil de celui qui regarde…”

Allo ? Major Tom – David M. Barnett

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler de Allo, Major Tom ? de David M. Barnett.

Allo Major TOm

Résumé :

Être tout seul, loin des autres et de leurs problèmes, voilà qui convient très bien à Thomas Major. Aussi, lorsque par un curieux concours de circonstances, le jour de la mort de David Bowie, l’occasion se présente à lui d’être le premier homme à aller sur Mars, il n’y réfléchit pas à deux fois. Sauf qu’il ne s’attendait pas à ce que ce voyage improbable mène sur sa route Gladys et sa famille.
Gladys, avec l’âge, perd un peu la tête. Pourtant, quand elle reçoit un coup de fil de Tom Major, elle mesure bien sa chance : parler à un vrai astronaute ! Ses deux petits-enfants ne croient bien sûr pas un mot de cette histoire. Mais alors qu’ils sont en difficultés et risquent de tout perdre, un petit coup de pouce venu de l’espace pourrait bien changer la donne.
Car, si sous ses airs grognons Tom est en fait un homme abîmé par la vie, la rencontre déroutante avec cette famille est sur le point de bouleverser sa vision du monde

Mon avis :

Je remercie les Editions J.C Lattès pour l’envoi de cet e-book.

Quelle bouffée d’air frais que ce roman ! Je l’ai adoré d’un bout à l’autre.

Le premier point fort de ce livre est sa palette de personnages tous plus attachants les uns que les autres. On a d’abord Tom, homme qui pourrait tout à fait être détestable mais à qui la rencontre avec la famille de Gladys, cette petite mamie attachante qui nous serre de nombreuses fois le coeur ou nous fait rire aux armes, va faire du bien. On a les deux enfants, Ellie, jeune adolescente qui porte cette maison, et James, enfant passionné de sciences. Chacun a son caractère, ses envies et ses rêves, et ils se serreront tous les coudes dans les moments importants.

L’intrigue pourrait être plutôt triste avec cette famille menacée de dissolution par les services sociaux. Et pourtant tout est fait grâce à un trait d’humour toujours bien placé, humour qui rend certaines situations délicieusement absurdes. J’ai souri du début à la fin, tout en ayant le coeur serré avec l’envie de savoir si cette petite famille s’en sortirait.

Mais ce qui m’a émue est vraiment cette apologie de la solidarité. J’ai vraiment été touché par ces personnages qui malgré les hauts et les bas essaient de se soutenir sans craquer, sans, trop, se disputer. J’ai réellement senti l’importance de cette connexion humaine que Thomas l’astronaute a décidé de fuir en partant sur Mars.

Pour conclure, je ne peux que vous conseiller de lire ce roman, vous passerez un bon moment, finalement plutôt léger malgré une histoire qui au premier abord pourrait avoir un scenario plutôt dur. Tout est dans le traitement de l’humour justement dosé et burlesque.

Citations :

”Tu veux savoir ce qui me plaît le plus dans l’espace ? C’est de ne pas être sur Terre. Je devais avoir à peu près ton âge quand j’ai compris un truc: que le monde est une merde et tous ceux qui l’occupent aussi. J’ai passé ma vie à voir mes ambitions partir en fumée. Alors quand l’occasion de tout larguer s’est présentée – et je dis bien tout larguer au sens propre – j’ai sauté dessus à pieds joints.”

”Ellie reprend son livre à l’endroit. Toutes les familles heureuses se ressemblent, mais chaque  famille dysfonctionnelle azimutée  à la con est dysfonctionnelle azimutée à sa façon”

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose – Diane Ducret

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler de La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose de Diane Ducret.

La meilleure facon de marcher

Résumé :

La loi de Murphy n’est rien comparée à la loi d’Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu’on aurait humainement pu le prévoir. Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l’évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau ont dû s’emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu’elle a depuis l’enfance qu’il lui a toujours manqué quelqu’un ? Il y a de quoi se poser des questions quand les parents adoptifs sont en fait les grands-parents, que la mère est danseuse de nuit, que le père change de religion comme de famille, que les bunkers de l’ETA servent d’école buissonnière. Et que l’accident d’un instant devient la fracture de toute une vie… On peut se laisser choir ou faire le saut de l’ange. Être boiteux ou devenir un flamant rose. Sur ses jambes fragiles, tenir en équilibre avec grâce par le pouvoir de l’esprit, un humour décapant et le courage de rester soi.

Mon avis :

Certaines personnes le savent, j’adore Diane Ducret, et son livre Les IndésirablesJe voulais continuer de la découvrir, et quoi de mieux que de se plonger dans son tout dernier roman pour cela ? Le titre de celui-ci m’intriguais, je savais avant sa sortie que je me plongerai dedans, et une interview de l’autrice m’a rendu encore plus curieuse. Je n’ai pas été déçue par le voyage car le roman est un réel coup de cœur, que j’ai dévoré en une soirée seulement.

Il est vrai que je me suis retrouvée dans certains aspects de la vie d’Enaid , qui n’est d’autre que le prénom de l’auteur à l’envers. J’ai retrouvé mon cher Pays Basque, avec sa frontière espagnole si proche. J’ai retrouvé certaines de mes émotions. L’auteur nous livre son parcours avec humour, délicatesse. La tristesse n’est due qu’aux situations que celle-ci a dû endurer. On passe du rire aux larmes, et on a presque envie d’ouvrir nos bras à ce personnage pour lui dire ”Viens faire un câlin !”.

Le personnage d’Enaid est admirable. Alors que la vie ne l’a pas épargné, elle reste forte et garde cet humour qui la caractérise.

J’espère rencontrer de nouveau cette autrice, pour lui dire à quel point ses mots m’ont touché, à quel point la phrase ”La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose” me rappelle désormais que dans la vie, si on se bat dans les pires moments, les bons seront encore meilleurs.

Citations :

”Une tornade fait tourbillonner mes pensées, déplace les souvenirs, déracine mes certitudes, projette enfin mille questions qui peuvent se résumer en une seule : pourquoi ?”

”L’impression de devoir chaque jour être en lutte contre le monde, la gravité, contre soi surtout, d’être tombé d’un nid avant de savoir voler, et de regarder chaque arbre, en se demandant si on est enfin rentré.”

”De toute façon, sachant que celui qu’on aime est à 73% fait d’eau, si ça se trouve je ne suis pas amoureuse, juste déshydratée.”