Si c’est un homme – Primo Levi

Salut à tous Aujourd’hui je viens vers vous pour vous donner mon avis sur un livre important : Si c’est un homme de Primo Levi.

 

Si c'est un homme

Résumé :

On est volontiers persuadé d’avoir lu beaucoup de choses à propos de l’holocauste, on est convaincu d’en savoir au moins autant.
Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l’accumulation, on a envie de crier grâce. C’est que l’on n’a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l’état du malheur. Peu l’on prouvé aussi bien que Levi, qui a l’air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n’est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n’est que futilité.

Mon avis :

Cela fait maintenant quelques années que je m’étais promis de lire ce livre un jour. Le ”Bingo du printemps” m’a permis de le faire. Et j’ai plutôt été déçue par ce que j’ai découvert…

Je suis persuadée que lire un maximum de choses sur les horreurs perpétrées durant la Seconde Guerre mondiale fait parti de notre devoir de mémoire et c’est pour cela que je suis tout de même content.e d’avoir ouvert ce livre. Mais je n’ai pas accroché au style de l’auteur. L’horreur des camps est décrite d’un oeil froid et les sentiments ne sont pas tant exprimés. On trouve une multitude de noms, de termes en allemands qui nous perdent et qui , tout en nous plongeant dans ce que devait ressentir les déportés quand ils ne comprenaient pas, coupe totalement notre lecture. Les personnages sont nombreux et nous ne savons plus qui est qui ce qui ajoute encore à notre incompréhension.

Le seul chapitre qui a réussi à me perturber, à me chambouler et le dernier chapitre… Autant dire que j’ai été patient.e. Celui-ci m’a, par contre, remué les tripes et m’a réellement fait prendre conscience de l’horreur que devait vivre ces Hommes.

J’avoue avoir du mal à bien tourner ma chronique…Dire qu’on a que très moyennement apprécié un roman si important risque de me faire passer pour un insensible…Mais comme dit plus haut, le style était pour moi beaucoup trop froid. Nous observions ces prisonniers dans leur quotidien morne et répétitif sans réussir à nous attacher à aucun de ces hommes, ce qui fait que je suis passé à côté de ma lecture…

Pour conclure, je vous conseille tout de même de lire ce roman. Si ce n’est pas pour le style, lisez le pour la Mémoire. Il reste un des monuments de ces ”écrits-témoignages” sur les camps et il est important encore une fois de se souvenir…

Citations :

”Si je pouvais résumer tout le mal de notre temps en une seule image, je choisirais cette vision qui m’est familière : un homme décharné, le front courbé et les épaules voûtées, dont le visage et les yeux ne reflètent nulle trace de pensée.”

”Nous découvrons tôt ou tard dans la vie que le bonheur parfait n’existe pas, mais bien peu sont ceux qui s’arrêtent à cette considération inverse qu’il n’y a pas non plus de malheur absolu.”

”Il n’est pas rare quand on a tout perdu, de se perdre soi-même”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s