Je suis une fille de l’hiver – Laurie Halse Anderson

Salut à tous ! Aujourd’hui je viens vers vous avec un coup de cœur, Je suis une fille de l’hiver de Laurie Halse Anderson.

Je suis une fille de l'hiver

Résumé :

Maintenant qu’elles ont 18 ans, elle se sont éloignées l’une de l’autre. Malgré ça, Cassie a appelé Lia 33 fois la nuit de sa mort. Celle-ci n’a jamais répondu. Lia se retrouve seule, hantée par le souvenir de son amie, ravagée par la culpabilité de n’avoir pas pu la sauver, obsédée par son besoin d’être mince, et son combat pour accepter son corps. Le tout se mèle dans un monologue intérieur presque poétique piégé dans une narration étonnamment vive et juste. Dans son roman le plus émouvant depuis Vous parler de ça, Laurie Halse Anderson explore le combat d’une jeune fille, son chemin douloureux vers la guérison, et ses tentatives désespérées pour se raccrocher à ce qui est le plus important : l’espoir. Ce qui nous intéresse finalement n’est pas ce qui lui se passe à la fin mais bien le voyage que nous entreprenons aux côtés de Lia dans sa lente agonie, sa douleur inexplicable et sa tentative de donner un sens à sa vie.

Mon avis :

Comme dit précédemment, ce roman est pour moi un coup de cœur. J’ai rarement vu un livre traitant un tel sujet l’aborder d’une telle façon. Nous nous retrouvons avec Lia suite à la mort de son amie Cassie. C’est avec cette amie qu’elle avait fait le pacte de devenir les filles les plus minces du collège.

Ce roman m’a extrêmement touché, et ce du début à la fin. Être dans la tête de l’héroïne nous permet de voir le déroulement de sa pensée. De voir comment celle-ci peut être embrouillée et de quelle façon son auto-destruction est plus forte qu’elle. L’auteur semble englober de nombreuses pratiques utilisées par les anorexiques : du sport de minuit à la consultation de blogs ”pro-ana”. La question de la régurgitation des aliments avalés et elle aussi abordée, et ce de la plus terrible des façons. L’auteur aborde aussi le thème de l’auto-mutilation et je n’ai pu m’empêcher d’avoir le cœur serré à l’idée de la douleur de Lia.

Au fur et à mesure de son déroulement, l’intrigue est de plus en plus prenante, nous voyons Lia basculer de plus en plus vers la folie et nous demandons alors jusqu’où elle ira. J’ai énormement apprécié la fin qui est un léger appel à l’espoir et à la guérison.

Au niveau des personnages, j’ai beaucoup aimé Lia, et me suis parfois reconnue dans son mode de pensée. J’ai aussi aimé ses parents dans leur construction. Je n’ai pas apprécié leur façon de ”gérer” la maladie de leur fille mais je les ai trouvé très ,malheureusement, crédibles…

Le style est poétique, parfois un peu lent, mais rien de futile n’est inséré dans ces lignes. Même si cela est douloureux, nous prenons plaisir à lire Laurie Halse Anderson. Préparez vous à ne plus lâcher le livre une fois que vous l’aurez ouvert.

Pour conclure, je vous dirais de foncer et de ne pas hésiter à acheter ce roman. POur ma part je pense très vite craquer pour Ma mémoire est un couteau de la même auteur aux éditions La Belle Colère qui aborde le thème du PTSD ( Ou Stress Post-Traumatique).

Citations :

” Je me penche sur la droite et repousse l’élastique de ma culotte. Ma hanche gauche se cambre, scintillant d’un éclat bleu à la lueur du film. Je trace trois lignes dans ma peau, chut, chut, chut. Les fantômes s’écoulent goutte à goutte.”

” Parfois, être adulte, ça signifie faire le bon choix, même si ce n’est pas celui qu’on préfère”.

” Fais-toi vomir, affame-toi, mutile-toi et bois parce que tu ne veux plus ressentir tout ça. Fais-toi vomir, affame-toi, mutile-toi et bois parce que tu as besoin d’un anesthésiant et que ça fonctionne. Mais seulement pour un temps. Alors l’anesthésiant se transforme en poison et c’est déjà trop tard parce que tu es accro jusque dans ton âme. Ca te pourrit de l’intérieur et tu ne peux pas t’arrêter”

Advertisements

6 comments

  1. Tu m’as donnée très envie de lire ce livre. Surtout que j’ai envie d’une lecture très psychologique…

    Like

  2. AdvienneQueLira · June 5

    Je rêve qu’un jour ma médiathèque se mette aux éditions “La belle colère”, ta chronique ne fait que me confirmer que les romans ont tout pour me plaire!

    Liked by 1 person

  3. Les lettres de sel · June 4

    Je ne le connaissais pas du tout et il a l’air tellement…touchant. poignant. Je ne sais même pas si je réussirais un jour à le lire ! :/

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s