54 Minutes – Marieke Nijkamp.

Salut à tous : Aujourd’hui je viens vers vous pour vous présenter une belle pépite 54 Minutes de Marieke Nijkamp.

54 min

 

Résumé :

Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule.

Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle. Tous ont un lien avec Tyler : Claire, son ex-petite amie, Autumn, sa propre sœur, Sylvia, la petite amie d’Autumn et le frère de celle-ci, Thomas.

Cinquante-quatre minutes pendant lesquelles Tyler force ses otages terrorisés à l’écouter se plaindre. Il n’a jamais été aimé, ni par sa petite amie Claire, ni par son père violent et alcoolique, et encore moins par sa sœur Autumn, à laquelle il ne pardonne pas de vouloir partir à New York pour être danseuse.

Mais loin d’être une victime, Tyler est avant tout un psychopathe, qui assassine trente-neuf personnes

Mon avis :

Tout d’abord je remercie les Editions Hachette pour l’envoi de cet e-book

54 minutes est un roman polyphonique où les points de vues se croisent, se chevauchent pour tenter de remettre les pièces du puzzle en place et comprendre ce qui se passe dans l’établissement d’Opportunity. Nous voilà entrés dans l’horreur des tueries dans les collèges américains. Cette histoire est forte et percutante. En lisant le résumé sur Netgalley je me suis vite demandée comment l’auteure traiterai ce sujet. Et je n’ai pas été déçue.

Ce roman est addictif, on a envie de tourner les pages pour voir comment les personnages vont s’en sortir, avec quels dommages et jusqu’où ira la folie de Tyler. De plus, derrière cette histoire se cache de nombreuses histoires : celles des différents personnages. L’auteur en profite pour nous parler du deuil, de l’homophobie, de la maladie et des sacrifices que l’on doit parfois faire pour suivre nos passions.

Même si la polyphonie des points de vue ne permet pas de trop s’approfondir sur les personnages, j’ai réussi à m’attacher profondément à Autumn et Sylvia. J’ai trouvé d’ailleurs dommage qu’on n’entre pas dans la tête de Tyler, pour comprendre un peu plus ses motivations.

A la fin, je n’arrivais pas à lâcher mon roman. J’ai d’ailleurs versé ma petit larme sur les derniers chapitres… !

Pour conclure je ne peux que vous conseiller ce roman. Cette lecture est addictive, touchante et très juste. Je serai curieuse de voir ce que vous en avez pensé si vous l’avez lu.

Citations :

”- Le deuil est un trou béant, pas vrai ? dis-je doucement.
Je ne sais même pas s’il m’entend, mais ces paroles sont autant pour moi que pour lui.
– Il est partout, il consume tout. Certains jours, tu crois ne plus pouvoir continuer parce que le désespoir est la seule chose qui t’attend. Certains jours, tu ne veux pas continuer parce qu’il est plus facile d’abandonner que d’être à nouveau blessé.”

”J’aurais aimé savoir qu’il nous restait si peu de temps.”

”Nous sommes plus que nos erreurs. Nous sommes plus que ce que les gens attendent de nous.”

3 comments

  1. lespagesquitournent · January 18, 2018

    Tu es le deuxième bel avis que je lis sur ce livre alors qu’il ne me tentait pas… Décidément ! 🙂 Je suis de plus en plus curieuse…

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s