Calendar Girl – Janvier – Audrey Carlan

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve avec le tome 1 de Calendar GirlCalendar girl

Résumé :

Mia vit seule avec son père et sa petite soeur à Las Vegas. Elle veut devenir
comédienne. Depuis le départ de sa mère, son père boit et joue. Il emprunte
1 million de dollars, qu’il perd et ne peut rembourser.
Le prêteur sur gages l’expédie dans le coma. Mia doit ainsi assumer la dette
de son père sous peine que sa petite soeur et elle subissent le même sort.
Un contrat mensuel de 100.000 dollars : elle deviendra escort girl. Suivez les
aventures de Mia chaque mois, découvrez avec elle une nouvelle ville, une
nouvelle vie et un nouvel homme…

Mon avis :

Voilà un an que je souhaite lire ce livre. Par manque de temps, je n’avais pas pu me lancer dans la saga alors que je voulais à tout prix suivre les mois de l’histoire. C’est pourquoi en 2018, j’ai décidé de me lancer ( Bon en vrai, je suis déjà en retard, je devrais être en train de lire ”Février”…loupé !

Comme vous vous en doutez, j’ai eu beaucoup d’attente vis à vis de ce roman, mais elles ne furent pas toutes comblées…
Commençons par ce qui blesse : le personnage de Mia. Au début du roman, elle m’a plus qu’exaspéré. Je la trouvais vide et n’arrivais simplement pas à m’attacher à elle. Mais petit à petit elle a fini par m’attendrir, voire m’amuser. C’est surtout sa relation avec son premier client qui me l’a rendu sympathique.

Le principal point positif de ce roman est sa brièveté. Le livre se lit vite, le style est clair et l’histoire plutôt simple. Malgré ce format court, Audrey Carlan arrive à faire évoluer ses personnages et la fin nous donne envie d’ouvrir la suite pour découvrir le prochain client de Mia. Je sais que je vais me plonger dans Février avec délice et curiosité !

Citations :

”Cette fois-ci, avec Wes, je me suis protégée de manière si féroce qu’il n’a eu que des petits bouts de mon coeur.”

”Je ne suis pas une demoiselle en détresse et il n’est pas mon chevalier en armure. Les contes de fées n’existent pas, surtout pour les nanas de Las Vegas avec un bagage émotionnel aussi lourd que le mien.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s