Mille jours à Venise – Marlena de Blasi

Salut à tous aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler d’un livre lu lors de la nuit passée avec le club des noctambules : Mille jours à Venise de Marlena de Blasi.

Mille jours a venise

Résumé :

Ceci n’est pas un conte, c’est une histoire vraie. L’enthousiaste et désarmante Marlena, bouleversée par sa rencontre avec un «bel étranger», liquide en quelques semaines tout ce qu’elle avait en Amérique – une jolie maison, un charmant restaurant, une brillante carrière de critique gastronomique – pour aller vivre avec lui à Venise. Les obstacles à surmonter sont nombreux : la langue qu’elle ne parle pas, l’appartement sinistre de son mari, la solitude, l’ennui. Mais Marlena est pleine de ressources. Elle nous entraîne dans le récit plein d’humour de ses découvertes et de ses mécomptes, puis de son bonheur à se sentir peu à peu acceptée. Jusqu’au jour où l’imprévisible Fernando lui réserve une étrange surprise…

Mon avis :

Ce roman a été la très bonne découverte de cette nuit si spéciale. Il m’avait été offert à mon anniversaire et ce serait mentir de dire qu’il me donnait très envie. Je me suis alors dis que l’intégrer dans ma PAL de ma nuit de lecture ne pouvait qu’être bénéfique. De plus, il n’était pas très long et je l’aurai fini rapidement.

Au début, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Mais plus elle avançait, plus je trouvais ça incroyable. Il faut savoir que ce roman narre l’histoire réelle de l’autrice qui après un coup de foudre à Venise lâche tout de sa vie aux Etats-Unis pour s’installer avec ce bel inconnu et se marier. Au début, tout est beau mais vite l’ennui prend un peu le dessus puisqu’elle est dans un pays où elle ne connait personne et dont elle ne comprends pas totalement la langue. J’ai passé le roman à attendre une catastrophe, mais ce dernier est plutôt une ode aux décisions courageuses qui, même si elles sont effrayantes, changent une vie pour le meilleur. L’autrice est vraiment inspirante sur ce point.

De plus, ce livre m’a donné une forte envie de voyager ( pas pratique en temps de confinement…) et de voir les villes d’Italie que l’on croise. On a envie d’acheter un billet d’avion tout de suite et de dire “Ok je signe où pour partir ?”. A travers les descriptions, on sent que Marlena Da Blasi est attachée à ce pays et qu’elle lui trouve beaucoup de charme.

Pour conclure, je conseillerai ce livre à ceux qui souhaitent lire un roman d’amour inspirant et dépaysant.

Citations :

“Je suis une vagabonde en chapeau cloche de feutre bleu, qui est venue à Venise pour tisser ensemble ses rêves. ”

“C’est assez fréquent qu’on cherche simplement à se reposer et attendre. Chaque fois que je commençais à vraiment réfléchir à ce que je ressentais, rien ne semblait avoir d’importance. J’ai été paresseux. La vie passait et moi je piétinais un peu, sempre due passi indietro, toujours deux pas en retard.”

“Quand je pleure, c’est le plus souvent de joie, d’émerveillement et non de souffrance. Tout ce qui est beau – la plainte d’une trompette, la caresse d’une brise tiède, la clochette d’un agneau qui s’est égaré, la fumée d’une bougie qui va s’éteindre, l’aube, le crépuscule, la lumière d’un bon feu – me met au bord des larmes. Parce que la vie est enivrante. Et peut-être un petit peu aussi parce qu’elle s’écoule si vite.”

 

Vide ta liseuse premier trimestre !

Salut ! Nous voici déjà en mai, il est grand temps de faire le bilan de ce premier trimestre du challenge“Vide ta liseuse” que je me suis lancé en début d’année pour me motiver à lire plus sur ma liseuse qui est pleine de romans !

J’ai réussi à lire  10 livres sur 11 dans ceux qui étaient prévus. Il me reste Tant de raisons de s’aimer que j’ai entamé mais pas fini. Je vais essayer de continuer sur cette lancée et décider des livres que je vais isoler dans cette PAL pour les trois prochains mois !

Dans les Services Presses on a donc :

  • Tant de raisons de s’aimer qui est un livre de plusieurs nouvelles
  • T’as pensé à ? de Coline Charpentier

Pour ce qui est de mes autres lectures j’ai choisi :

    • Récits du monde mécanique : Smog of germania de Marianne Stern
    • Le journal  d’Aurélie Laflamme : Extraterrestre…ou presque d’India Desjardins
    • Juliette au pays des hommes de Jean Giraudoux
    • Marche ou crève de Stephen King
    • La cour des innocents de Fabien Petsy
    • La voleuse de robes de Nathalie Meg Evans

 

  • Le club des érudits hallucinés de Marie-Lucie Bougon
  • Nina Simone de Florence Noiville et Mathilde Hirsch

Vous pouvez retrouver ma liste Livraddict ici : https://www.livraddict.com/listes/vide-ta-liseuse.html

J’ai essayé de varier les genres afin de lire le tout sans me lasser ! En tout cas j’ai hâte de me plonger dans tous ces livres et ces univers !

La voie magique + La reine solitaire – Robin Hobb

Salut tout le monde !

Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler du tome 5 et du dernier tome du premier cycle de L’assassin royal de Robin Hobb.

Résumé du tome 5 :

Le roi Vérité est vivant ! Il a imposé une ultime mission à Fitz : “Rejoins-moi ! Loin sur les sentiers mystérieux de l’Art, au-delà du royaume des montagnes, le jeune homme se met en quête pour répondre à l’appel de son souverain affaibli. Mais il reste seul, pourchassé par les forces de Royal, l’usurpateur, et sans possibilité de compter sur ses propres alliés, qui le manipulent comme un simple pion. Or d’autres forces sont en marche… Dans son périple, Fitz va en effet se voir révéler son véritable statut : c’est par lui que s’accomplira, ou sera réduit à néant, le destin du royaume des Six-Duchés, et c’est là une charge bien lourde à porter quand on est traqué par ses ennemis, trahi par ses proches, et affaibli par la magie…

Mon avis :

Si je vous parle de ces deux tomes en même temps, c’est qu’en trois jours je les avais dévoré ! J’étais très heureuse de retrouver Fitz et de me glisser à nouveau dans ses aventures. La plume de l’autrice est telle que l’on a aucun mal à reprendre le fil de la narration là où il avait été interrompu au tome précédent, et ce même si plusieurs mois séparent ces lectures !

Dans le tome 5, Fitz s’engage sur la route pour retrouver son roi. En chemin, il croisera de nombreuses personnes qui seront tant amies qu’ennemies et il retrouvera des visages familiers ! J’ai vraiment été captivée par ce tome et je l’ai dévoré en vingt quatre heures, c’est pour dire ! Là encore, j’ai beaucoup aimé le lien spécial entre Fitz et Oeil de Nuit, son loup, même si celui-ci est mal vu par d’autres, puisque le Vif est vécu dans le royaume comme une malédiction.

Avec le tome 6, Fitz s’approche de la fin de sa quête. Ici, il sera face à des événements qui le dépasseront par moments. Là encore le tome est captivant, et on glisse, grâce à un élément, encore plus dans le domaine de la fantasy. Mon seul bémol est un des événement de la fin que je ne dévoilerai pas, mais qui m’a semblé un peu Deus Ex Machina malheureusement….!

Mais en conclusion, je ne peux que vous conseiller cette série de livre. L’histoire est captivante et la plume de l’auteur nous permet de nous immerger totalement dans son univers. On a beaucoup de mal a quitter Castelcerf et ses personnages quand vient l’heure refermer le livre…

Heureusement il y a Les aventuriers de la mer ainsi que le second cycle de l’assassin royal !

Citations :

“Le roi Subtil aimait à répéter qu’il n’y a pas de plus grand avantage que de connaître le secret de l’ennemi alors qu’il vous croit ignorant ; c’est peut-être là le secret le plus efficace qu’on puisse détenir”

“Pour mon Vif, les arbres de cette forêt possédaient une vie spectrale quasi animale, comme s’ils avaient acquis une sorte de conscience du vaste monde de la lumière, de l’humidité, de le terre et de l’air : ils ne s’intéressaient nullement à notre présence et, l’après-midi venu, j’avais le sentiment de n’avoir pas plus d’importance qu’une fourmi. Je n’aurais jamais imaginé être un jour dédaigné par un arbre.”

“- Depuis le temps que je vis parmi vous, c’est la seule chose à laquelle je n’ai jamais pu m’habituer : l’importance que vous attachez au sexe de chacun.
– Pourtant, il est important de…
– Fadaises ! s’exclama-t-il. C’est une question de tuyauterie, ni plus ni moins. En quoi est-ce important ?”

“L’honneur, la courtoisie, la justice… rien de tout ça n’existe, Fitz. Nous y prétendons tous et nous les brandissons comme autant de boucliers, mais ils ne gardent que de ceux qui portent les mêmes boucliers. Contre ceux qui les ont rejetés, ce ne sont plus des boucliers, mais seulement de nouvelles armes que ces hors-la-loi utiliseront pour faire souffrir.”

L’aiguille creuse – Maurice Leblanc

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler du troisième tome des aventures d’Arsène Lupin : L’aiguille creuse 

Aiguille creuse

Résumé :

Lors d’un cambriolage, Raymonde de Saint-Véran tire sur un rôdeur mais son cadavre reste introuvable. Quelques jours plus tard, la jeune femme est enlevée et son corps est retrouvé inanimé, à côté de celui d’Arsène Lupin. Comme par hasard, le document de l’Aiguille creuse disparaît en même temps… Isidore Beautrelet lui ne croit ni à ces faits qui s’enchaînent trop facilement ni à la disparition du cambrioleur. Il décide donc d’enquêter… Vous voici entré dans l’une des aventures les plus exceptionnelles d’Arsène Lupin !

Mon avis :

Dans ce tome, nous trouvons Isidore Beautrelet, un jeune très perspicace qui mènera l’enquête sur un cambriolage d’Arsène Lupin et surtout sa disparition alors que le voilà blessé d’une balle dans le dos. Enfin qui mènera l’enquête ou se fera mener par le bout du nez ! En effet, avec Isidore on passe notre temps a douter de ce qui se passe et à savoir si oui ou non ce dernier a raison.

J’ai beaucoup aimé cette enquête très prenante. Les coups de passe-passe sont légions et on passe l’entièreté du roman à réfléchir à pleine turbines sur comment il est possible que tel événement ce soit passé. J’ai été énormément séduit par le personnage d’Isidore qui est mon enquêteur préféré de ces trois premiers tomes. D’ailleurs l’intrigue aussi est celle que j’ai le plus appréciée.  Je l’ai trouvée claire et toutes les zones d’ombres sont éclairées à la fin de l’intrigue. Je suis bien contente de l’avoir enfin déterré de ma PAL avec ce challenge perso ”vide ta liseuse”.

Pour conclure, j’ai vraiment aimé ce tome-ci qui est pour l’instant mon préféré !

Citations :

“L’essentiel est de réfléchir . Il est si rare que les faits ne portent pas en eux mêmes leur explication.”

 

 

Mille petits riens – Jodi Picoult

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler d’un coup de coeur de mon mois de février : Mille petits riens de Jodi Picoult.

Mille petits rien

Résumé :

Ruth Jefferson est sage-femme depuis plus de vingt ans. C’est une employée modèle. Une collègue accommodante. C’est aussi la seule afro-américaine de son service. Le jour où un couple de suprémacistes blancs demande à ce qu’on lui interdise tout contact avec leur bébé, Ruth est choquée de voir sa hiérarchie accéder à leur requête. Quand le nourrisson décède quelques jours plus tard, c’est elle qui est pointée du doigt. Accusée de meurtre, Ruth va devoir répondre de ses actes devant la justice. Mais sa couleur de peau ne la condamne-t-elle pas d’avance ?

Mon avis :

Comme tout le monde avait adoré ce roman, et que j’aime laisser passer les vagues d’engouement avant de me plonger dans une lecture, j’ai laissé passer un bon moment avant de me plonger dans ce roman.  Comme ce dernier faisait partie de la liste des lives dans le Big Challenge Livraddict 2020 je me suis dit que c’était l’occasion !

Ce roman m’a mis une grande claque. L’alternance des points de vue des différents protagonistes est si bien menée. On a d’un côté Ruth victime de discrimination dans son travail, de l’autre Turk, suprémaciste blanc dont la haine est immense et au milieu de tout ça on a Kennedy l’avocate de Ruth. Jodi Picoult décrit les sentiments de chacun de ces personnages de sorte que nous ne pouvons pas rester indifférents. Les chapitres de Turk me hérissaient de dégoût pour les personnages pensant comme lui et les chapitre de Kennedy ont été très instructifs quant au travail de décentration et de déconstruction de son propre positionnement face au racisme, travail que l’on devrait tous faire.

Ce roman est un immense coup de coeur comme je n’en ai eu que très rarement. Il permet de se remettre en question en confrontant les points de vue et l’on sent tout le travail de l’autrice afin d’écrire le roman le plus juste possible.

Citations :

”Je voulais qu’elle voit de ses propres yeux que l’amour ne dépend pas de ce qu’on regarde, mais entièrement de la personne qui regarde.”

“- Vous croyez qu’un jour le racisme n’existera plus ?
– Non, parce que les Blancs seraient obligés d’accepter le principe d’égalité. Qui déciderait de son plein gré de démanteler un système spécialement conçu pour lui ?”

“A bien des égards, s’occuper d’un adolescent n’est guère différent que de s’occuper d’un nourrisson. Il faut apprendre à décrypter leurs réactions parce qu’ils sont incapables de dire exactement ce qui ne va pas.”

 

 

Leah à contretemps – Becki Albertalli

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve afin de vous parler d’un des romans présents dans mon challenge ”Vide ta liseuse” : Leah à contretemps de Becky Albertalli.

Leah a contretemps

Résumé :

Moi, c’est Leah. Leah Burke. (Semi-)pro de la batterie. Gribouilleuse clandestine. Meilleure amie du choubidou du lycée, mon best bro, le démolisseur d’Oreos, j’ai nommé  : Simon Spier. C’est notre année de terminale, la dernière ligne droite avant la fac. Alors, forcément, tout part en vrille.
 Le couple insubmersible formé par Abby et Nick est en train de prendre l’eau. Je me suis fâchée avec des filles que je connais depuis la maternelle. Et plus le temps passe, plus j’ai l’(affreuse) impression que notre pote Garrett veut sortir avec moi. Il est mignon. Adorable. Prévenant. Le genre de mecs que n’importe qui aimerait avoir comme cavalier au bal du lycée. 
Mais pas moi. Ah oui, je ne vous l’ai pas dit  ? Paraît que j’adore me compliquer la vie… 

Mon avis :

Je tiens à remercier dans un premier temps les éditions Hachette Romans pour l’envoi de cet e-book.

Ce roman a pour personnage principal Leah Burke, la meilleur ami de Simon Spier héros de Moi Simon, 16 ans, Homo Sapiens. Dans un premier temps, j’ai eu beaucoup de mal à me replonger au milieu du groupe d’amis que l’on suit tout au long de l’histoire. Je ne me rappelais plus qui était qui ainsi que quelles relations étaient tissées entre eux. Puis petit à petit, à coup de légères précisions de l’auteur j’ai enfin pu me remettre les pendules à l’heure et me laisser porter par l’histoire.
Ce roman est donc un roman à la première personne, nous permettant de ressentir les émotions de Leah qui se sent un peu décalée par rapport à ses camarades. Personne autour d’elle ne sait qu’elle est bisexuelle ni qu’elle est amoureuse d’une personne dont elle ne devrait peut être pas être amoureuse. Si on ajoute à cela sa mère qui fréquente un homme qu’elle n’arrive pas à apprécier et le fait que le lycée est bientôt terminé on se retrouve avec beaucoup de questions à résoudre pour notre héroïne.

Les pages de ce roman se tournent bien rapidement pour savoir ce qu’il advient de Leah et ses amis. J’ai d’ailleurs sacrifié quelques heures de sommeil pour être sûr de connaître le dénouement à cette histoire bien mignone.
Et que dire de la représentation ? Becky Albertalli nous a déjà habitué à cela dans ses autres romans, que ce soit celui sur Simon ou celui sur les cousines de Abby Suso mais là encore cela fait du bien à voir. J’aurai bien aimé avoir ce roman en 3° lorsque je découvrais ma bisexualité, je vous jure que ça m’aurait fait un bien fou. De plus,j’ai été surprise de voir la mention de la non-binarité non pas comme un élément central de l’histoire mais juste comme une précision sur un personnage secondaire.

Pour conclure, je recommande à fond ce roman pour celleux qui aimeraient une teen romance inclusive avec des personnages attachants comme tout.

Citations :

”Je crois que je déteste ce concept selon lequel on aurait besoin de temps ou de prendre ses distances. Parce que tout ce que ça veut dire, en fait,c’est que l’autre vous en veut, vous déteste, ou n’en à rien à battre de vous.”

”Ça doit être ce qu’il y a de meilleur dans la romance – ce sentiment d’avoir un chez-soi dans la tête d’un autre.”

”Ça craint de voir le monde tourner sans vous. Parfois, je me sens à l’écart, même quand le monde tourne avec moi.”

Challenge Perso : Vide ta liseuse

Salut à tous.

Alors déjà je vous souhaite une bonne année 2020 en espérant que cette dernière vous apportera tout ce que vous souhaitez ainsi que de bonnes lectures.

Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler d’un petit challenge que je me lance ne ce début d’année. J’ai remarqué que depuis quelques temps j’amassais les romans sur ma liseuse, que ce soit des services presse venus de Netgalley ou des livres achetés. Mais, à moins de les ouvrir tout de suite, ces derniers finissent souvent oubliés au fond de ma liseuse. C’est pourquoi j’ai décidé de me lancer le challenge que j’ai nommé du nom original de ”Vide ta liseuse”.

Le principe est simple : je vais choisir une dizaine de livres à lire en priorité sur ma liseuse que je vais isoler dans une ”collection” dédiée. Ainsi j’aurai toujours en tête cette PAL numérique dans laquelle piocher le plus rapidement possible. Je tiendrai ici à jour le compte des livres lus numériquement.

Pour ce premier trimestre de challenge ma PAL est constituée des Services Presses Netgalley que je n’ai toujours pas lus … On y trouve donc :

  • Le jour des morts de Kent Harrington que j’ai fini ce premier janvier. La chronique arrive bientôt !
  • Leah à contretemps de Becky Albertalli
  • Les nouvelles intégrales – tome 1 d’Edgar Allan Poe
  • Sous nos yeux de Cara Hunter
  • Tant de raisons de s’aimer qui est un livre de plusieurs nouvelles
  • Les Feller de Susanna Fogel
  • We : 9 principes pour une vie riche de sens de Gillian Anderson et Jennifer Nadel

A cette liste j’ai ajouté les titres :

  • L’assassin royal – tome 5 – La voie magique de Robin Hobb
  • Peggy Sue et les fantômes- tome 5 – Le château noir de Serge Brussolo
  • Arsène Lupin Gentleman cambrioleur – Tome 3 – L’aiguille creuse de Maurice Leblanc
  • L’amour après de Marceline Loridan-Ivens et Judith Perrignon

 

Je suis consciente qu’il y a beaucoup de livres dont bon nombre de pavés, mais ces livres me faisaient très envie quand j’ai constitué ma PAL, je verrai bien ceux que j’ai réussi à lire ou non ! En tout cas je vous donne rendez-vous début avril pour faire un bilan de ce premier trimestre !

Pumpkin Automne Challenge – Bilan

Salut à tous ! Nous voici au premier décembre et il est temps de faire un bilan de Pumpkin Autumn Challenge !

N’ayant pas tout lu, je vais  vous présenter menu par menu ce que j’ai pu lire ou non :

MENU AUTOMNE FRISSONNANT :

Hex Ce roman de Thomas Olede Heuvelt était un plaisir à lire. Il m’a bel et bien fait frissonner et plus que ça même. Pour voir un avis plus constructif vous pouvez aller lire ma chronique .

Homme et mer Ce court roman d’Hemingway a enchanté une de mes nuits d’insomnie. Contre toute attente je me suis prise d’interêt pour cette pêche qui s’éternise sur une trentaine de pages. Je me suis bien attachée au vieil homme qui est de plus en plus touchant au dur et a mesure de l’histoire.

Livre non lu : Jolis Jolis monstres de Julien Dufresne Lamy. Contre toute attente alors que ce livre faisait partie de mes grosses envies de la rentrée littéraire je ne l’ai pas encore acheté…

MENU AUTOMNE ENCHANTEUR :

Lestat Ce roman est pour moi en cours de lecture, il fera l’objet d’une chronique dès que je l’aurai fini, mais sachez que pour l’instant j’aime beaucoup.

Sorcieres Cet essai de Mona Chollet a pour moi été un électrochoc puissant. Il a réveillé ma fibre féministe déjà très présente. Vous pouvez d’ailleurs voir ici ma chronique sur ce livre.

Livres non lus : Outlander de Diana Gabaldon pour la simple raison qu’il est encore au fond d’un carton que je n’ai toujours pas récupéré…. et Into the wild de John Krakauer qui est le livre que je voulais lire en dernier et que je n’ai donc pas eu le temps de lire.

MENU AUTOMNE DOUCEUR DE VIVRE :

Eragon fourchette Quel bonheur de retrouver Eragon et les personnages de la saga dans ce livre de nouvelles ! Certaines m’ont plus plu que d’autres mais dans l’ensemble les contes de ce livres sont bons.

Livres non lus : Au pays des contes de Chris Colfer qui est lui aussi dans un carton avec pleins de mes livres de poches et Legendary

MENU AUTOMNE ASTRAL :

Figures de l'ombre On ne peut pas vraiment dire que j’ai lu ce livre car je n’ai pas du tout accroché et ai abandonné au bout de cinquante pages. Peut être regarderai-je tout de même le film car cette histoire m’intéresse tout de même.

Cinder Je crois que ce roman est mon préféré dans tous ceux qu ej’ai lu. L’écriture est fluide et on rentre très facilement dans cet univers steam-punk. L’adaptation du conte de Cendrillon est vraiment un délice !

azkaban Ce roman est là encore en cours de lecture, mais tout le monde sait que je l’adore déjà !

Bon alors le bilan est assez mitigé puisque je n’ai lu que 7 romans sur 13 et abandonné un. En tout cas j’ai pris beaucoup de plaisir à faire pour la première fois ce challenge.

Pour ce qui est du CWC, je ne le ferai pas cette année, n’ayant pas beaucoup de livres de noël à lire et préférant me concentrer sur un challenge lecture plus personnel : lire un maximum de livres de ma liseuse, je vous en parle dans un autre article prochainement !

Hex – Thomas Olde Heuvelt

Salut à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler d’une lecture horrifique glaçante ouverte pour le PAC 2019 : Hex de Thomas Olde Heuvelt

Hex

Résumé :

Quiconque né en ce lieu est condamné à y rester jusqu’à la mort. Quiconque y vient n’en repart jamais. Bienvenue à Black Spring, charmante petite ville de la Hudson Valley. Du moins en apparence : Black Spring est hantée par une sorcière, dont les yeux et la bouche sont cousus. Aveugle et réduite au silence, elle rôde dans les rues et entre chez les gens comme bon lui semble, restant parfois au chevet des enfants des nuits entières. Les habitants s’y sont tellement habitués qu’il leur arrive d’oublier sa présence. Ou la menace qu’elle représente. En effet, si la vérité échappe de ses murs, la ville tout entière disparaîtra. Pour empêcher la malédiction de se propager, les anciens de Black Spring ont utilisé des techniques de pointe pour isoler les lieux. Frustrés par ce confinement permanent, les adolescents locaux décident de braver les règles strictes qu’on leur impose. Ils vont alors plonger leur ville dans un épouvantable cauchemar…

Mon avis :

Ce livre faisait partie de mon menu Automne Frissonnant et il y était très bien placé ! En effet, on se retrouve coincé dans le village de Black Spring comme les habitants au côté d’une sorcière aux yeux et lèvres cousus. Dans ce roman, j’ai beaucoup aimé la manière dont la tension monte. En effet, au début même si la sorcière nous semble étrange on se dit qu’après tout si on ne l’embête pas trop, on peut s’y accommoder un peu. Puis petit à petit, de part les différentes pensées que celle-ci évoque aux habitants on s’en méfie voire on la craint totalement.

On trouve entre ces pages foison de personnages qui ont le droit de voir leur point de vue exposé. Mais cela n’est pas un problème, au contraire l’histoire en est fortement enrichie car chacun a un avis différent sur la sorcière de Black Spring ! On aime en détester certains et essayer d’en comprendre d’autres.

Dans la dernière partie du livre, on bascule dans l’horreur pure et dure et on appréhende presque chaque page que l’on doit tourner, c’est pourquoi je conseille cette lecture si vous avez envie d’une bonne lecture d’Halloween pour vous faire frisonner.

Citations :

”Si tu sacrifies quelque chose qui n’a pas d’importance à tes yeux, ça ne sert à rien”

”Si vous tombez sur un rond de sorcières, faites bien attention de passer à côté les yeux clos.”

”On n’est jamais à l’abri d’une mauvaise rencontre.”

Sorcières, la puissance invaincue des femmes- Mona Chollet

Salut à tous !

Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler d’un essai passionnant : Sorcières, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet.

Sorcieres

Résumé :

Tremblez, les sorcières reviennent ! disait un slogan féministe des années 1970. Image repoussoir, représentation misogyne héritée des procès et des bûchers des grandes chasses de la Renaissance, la sorcière peut pourtant, affirme Mona Chollet, servir pour les femmes d’aujourd’hui de figure d’une puissance positive, affranchie de toutes les dominations.
Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure de la sorcière. Elle est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ?

Ce livre explore trois archétypes de la chasse aux sorcières et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante – les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant – l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.

Mais il y est aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

Mon avis :

Dans cet essai Mona Chollet nous parle de sorcières. Non pas celles fictives comme Hermione Granger ou Sabrina mais plutôt celles qui ont réellement péri sur un bûcher. Ce livre s’axe sur trois différentes catégories de femmes punies pour sorcellerie : les célibataires, celles qui ne veulent pas d’enfant et les vieilles personnes. Mona Chollet s’appuie sur ces trois piliers pour analyser ce qu’il reste de cette peur des sorcières dans notre société.

Ce livre est un essai qui m’a fait beaucoup réfléchir. Au fond, ce que l’auteur raconte je le savais, je le pressentais. Mais cette dernière a réussi à mettre des mots sur ce fourmillement de pensées qui est le mien. Elle propose une grille de lecture, à travers cette image de la sorcière, très intéressante, à laquelle nous n’aurions pas forcément pensé.

Ce livre m’a fait passer par un tas d’émotions mais celle qui a dominé est la colère. Colère parce que certaines de mes pensées qui étaient assez évanescentes se sont retrouvées écrites noir sur blanc et que j’ai pu alors comprendre et appréhender mieux avec un éclairage nouveau certains épisodes de ma vie. Mais outre la colère, je trouve ce livre très utile pour comprendre ce qui se joue envers les femmes ”hors la norme” de nos jours.

De plus, cet essai est une mine d’or en terme de références, je ne compte pas le nombre de livres ou essais cités dans lesquels j’ai eu envie de me plonger directement, chose que je ferai certainement !

Pour conclure, je conseillerai ce livre aux femmes mais aussi aux hommes qui s’intéressent au féminisme et qui veulent avoir des armes, des clés à apporter à leur réflexion.

Citations :

”Il m’a fallu du temps pour comprendre que l’intelligence n’est pas une qualité absolue, mais qu’elle peut connaitre des variations spectaculaires en fonction des contextes dans lesquels nous nous trouvons et des personnes que nous avons en face de nous”

”Si vous êtes une femme et que vous osez regarder à l’intérieur de vous-même, alors vous êtes une sorcière.”

”La sorcière incarne la femme affranchie de toutes les dominations, de toutes les limitations: elle est un idéal vers lequel tendre, elle montre la voie.””